9/10Enfer & Paradis - le manga

/ Critique - écrit par juro, le 22/10/2004
Notre verdict : 9/10 - Délicieux purgatoire (Ecrivez votre critique)

Une seule chose à dire : « Oh ! Great ! ». Qualité des planche, dessin sompteux et dynamique pour un scénario efficace et riche en rebondissement.

C'était prévisible. Sur le chemin de sa progression constante, il devait pondre un grand manga. Enfer & Paradis (Tenjo Tenge) constitue cette oeuvre où Oh ! Great a tout le loisir de s'exprimer. Coup de poing et poitrines (très) opulentes ne pourraient être qu'une définition sommaire de ce manga, ou alors seulement du premier volume fortement axé sur ces aspects parce qu'ensuite le scénario évolue en laissant présager d'une histoire titanesque et c'est bien le cas.

Kick it !

Enfer & Paradis
Enfer & Paradis
L'histoire débute le jour de la rentrée des classes au lycée très bizarre de Todô Gakuen, où Souichiro Nagi et Bob Makihara, élèves de seconde, décident tout simplement d'écraser quiconque se mettrait en travers de leur chemin et de défier les élèves les plus forts... et rien ne peut les arrêter jusqu'à leur défaite face à Masataka Takayanagi, membre du club de Juukenbu dirigé par la plantureuse Maya Natsume accompagnée de sa « pneumatique » soeur Aya. Les présentations faites à grand coups de taloche en pleine tronche auront quand même le mérite de voir les deux petits nouveaux intégrer le club qui passe au nombre phénoménal de cinq adhérents... cinq combattants exceptionnels qui vont devoir faire face au club le plus puissant et bien mystérieux dont le chef charismatique, Mitsuomi, semble avoir un lourd passé qui s'associe à celui de Maya.

Le scénario se complique au fur et à mesure de la progression. On en salive à chaque fin de volume tellement l'auteur a le sens du suspens, surtout grâce aux flash back opéré sur quatre volumes. Celui-ci décrit de manière très psychologique les sentiments des héros, et notamment de l'énigmatique Shin qui semble être au coeur des dissensions. Comme dans Majin Devil, le développement des thèmes redondants est très présent. Oh ! Great apporte sa contribution sur la science du combat, le poids du passé et son impact sur le présent pour Maya et Mistsuomi par exemple. Toute l'oeuvre est basée sur des flash back qui apportent de nouvelles informations à chaque fois.

GMO = Great Mangaka Ogure

Néanmoins, il ne faut pas se leurrer car Enfer & Paradis reste avant tout un shônen voué à la baston où les dessins de Oh ! Great font merveille pour insuffler au mieux le rythme du combat en faisant ressortir les émotions sur les visages des personnages et n'hésitant pas à leur faire perdre des litres de sang... dégâts infligés aussi bien par les personnages masculins que féminins.

Justement parlons en de ces personnages féminins ! Ogure ne fait jamais l'impasse sur un dessin qui mettrait en valeur une des héroïnes dans une pose sexy, ce qui ne peut que contribuer au charme de la série... pour les lecteurs masculins, et oui le fan service a encore frappé ! Et mention spéciale aux quelques événements humoristiques qui ponctuent les volumes ici et là. Beaucoup de mystères et aucune esbroufe semble donc être la définition d'Enfer & Paradis même si avec Oh ! Great, il vaut mieux attendre la fin avant de se prononcer.

L'oeuvre du mangaka est encore toute récente mais elle est déjà adapté en anime suement grâce à la qualité des planches qui le laisse rarement se faire prendre à défaut tellement le soin qui y est apporté est visible. La seule faiblesse repérable pourrait se trouver dans les fins de scénario mais elle semble disparaître à travers Enfer & Paradis comme si le prolifique Ogure s'améliorait à chaque projet entamé. Reste à voir comment il s'en sortira avec sa nouvelle série intitulé Air Gear qui abordera le thème du roller car pour le moment une seule chose à dire : « Oh ! Great ! ».