8/10Death Note - la série

/ Critique - écrit par juro, le 13/03/2007
Notre verdict : 8/10 - Rira bien qui Kira le dernier (Ecrivez votre critique)

Tags : death note histoire episode manga series netflix

La sortie manga hexagonale venant juste de prendre forme, il est temps de parler de l'anime de Death Note. Puisant sa force dans une mise en scène introduisant un superbe thriller sous la forme d'un duel impitoyable comme une partie d'échecs où les pièces sont humaines dans sa première partie avant de partir dans un incompréhensible changement remettant tout en cause. Signé entre autres par Mad House, la série en demeure néanmoins excitante au plus haut point avec un rythme haletant...

La faucheuse impitoyable

Death Note signifie littéralement "cahier de la mort". C'est ce qu'utilisent les shinigami, les dieux de la mort japonais pour faire leur travail et prendre les âmes. En sachant cela, que feriez-vous si vous trouviez par terre un cahier griffé d'un "death note" sur sa couverture ? Sans doute le ramasseriez-vous, curieux. En feuilletant les premières pages, vous découvririez parmi les consignes en anglais, une stipulant que "celui dont le nom sera écrit dans le death note, mourra." À cette lecture, beaucoup penseraient logiquement à un canular mais certains ne pourraient s'empêcher de le tester... C'est d'ailleurs ce que Raito Yagami va s'empresser de faire en inscrivant sans trop y croire un premier nom : celui d'un criminel, histoire de vérifier rapidement et sans conséquence les capacités du cahier. Il se rendra bientôt compte des pouvoirs réels du death note en constatant la mort des deux personnes dont il avait inscrit le nom dedans. Là où n'importe qui de censé prendrait peur et s'arrêterait là, Raito va surmonter ces sentiments et décidera de continuer à utiliser toutes les possibilités que lui offre ce cahier. Ce monde est pourri, il le dit lui-même et il s'engage à le nettoyer par la méthode la plus radicale qu'il soit : la mort.

Les criminels seront punis, le nouveau dieu de ce monde, Raito, s'y engage ! Il sera accompagné telle une ombre par le shinigami Ryuuku, propriétaire à la base du fameux Death Note, jouant ici le rôle d'observateur intéressé par le monde palpitant des humains. C'est ainsi que commence la quête utopique de Raito, quête dans laquelle il s'engage corps et âme, c'est le cas de le dire. Pour purifier ce monde, il faut déjà s'occuper des criminels et bientôt les plus connus d'entre eux commencent à mourir mystérieusement, tous victimes de crise cardiaque. Comme Raito le prévoyait, ses agissements ont tôt fait de se faire remarquer et les médias surnomment bientôt ce "justicier" de l'ombre : Kira (de l'anglais : killer). L'opinion publique est mitigée, certains voient Kira comme un sauveur et d'autres le considèrent comme un assassin. Forcément, une réunion internationale est organisée d'urgence afin de se consulter sur ces premières dizaines de morts étranges. L'affaire Kira étant plus que mystérieuse et trouble, tous décident de faire appel au plus grand des détectives, connu sous le simple pseudonyme de "L". Ce dernier dont le visage et l'identité réelle sont inconnus de tous sera chargé de poursuivre et démasquer le fameux Kira. Après une première confrontation par le biais de la télévision, la guerre est déclarée ouverte entre L et Kira. Afin de débusquer l'autre, chacun va prendre des risques considérables pariant parfois avec sa vie et celle des autres. Le Japon devient donc un terrain de jeu ou Kira et L s'affrontent avec acharnement. Tout comme dans Hikaru no Go, ce sont les neurones qui comptent pour terrasser ici l'adversaire et c'est grâce à ses stratégies et pires calculs que Raito continue à conserver son identité de jeune étudiant banal. Malheureusement pour lui, L est loin d'être un bleu et ce petit génie aura tôt fait de porter ses soupçons sur Raito Yagami. Ce dernier aura de plus en plus de mal à rester dans l'ombre comme il se souhaiterait et n'a d'autres choix que de jouer un double voire triple jeu pour éloigner les soupçons qui pèsent sur lui. L'étau se resserre d'autant plus que le père de Raito, Suichiro Yagami est justement le chef de police de la ville de Tokyo et est à la tête de la division qui s'occupe de l'affaire Kira. Au final, qui gagnera la partie ? Le "dieu" Kira ou L, "l'hérétique" ?

Un ordre nouveau

L'esprit de Tetsuya Tsutsui aurait-il largement influencé cette création originale de Takeshi Obata et Tsugumi Ooba ? Lutte pour une élimination des criminels pourrissant ce monde un peu comme dans Duds Hunt mais avec une connotation démesurément plus fantastique. Toute l'intensité repose sur l'affrontement entre les deux surdoués de cas criminels, s'opposant l'un à l'autre à tout niveau. Deux portraits : le faussement lisse Raito s'oppose à l'étrange L, croisement entre enfant en position foetal et une fouine aux yeux exorbités. Leur attitude, leur manière de se comporter en société, tout, tout, tout les oppose et c'est ce qui rend ce duel excitant. Mené tambour battant par une narration remarquable avec des rebondissements aussi soufflants que ceux de Monster, l'anime prend une dimension gigantesque pendant dix-sept épisodes. Pourquoi seulement dix-sept ? Car ensuite, un revirement de situation prend un autre chemin, gardant ses qualités d'intensité mais avec un trou évident dans la ligne directrice de l'oeuvre et le rêve de Raito. Du coup, le scepticisme gagne progressivement la série dont la direction s'avère hasardeuse. Les ficelles deviennent grosses, le plan et les réflexions biscornus. Un peu trop même en occultant totalement des personnages importants jusqu'alors. L'explication donnée casse l'intensité et l'intrigue perd énormément par la suite. Fort dommage car le nettoyage d'ordures selon la pensée philosophique de Raito avait un petit quelque chose de séduisant.

Côté réalisation, on a fait simple mais efficace. Plutôt basé sur la réflexion et le développement des stratégies des personnages, pas de virevolte spectaculaire mais une concentration sur le chara design et les expressions faciales de personnages hauts en couleur. La deuxième partie de la série fait place à un léger SD de temps à autre mais l'ambiance est respectée, permettant de mettre en place un cercle de personnages respectant bien la dose nécessaire de suspense nécessaire au thriller. L'ensemble demeure plus que correct et le plaisir est le même de découvrir chaque nouveau rebondissement plus ou moins important. Sans fausse note durant un bon moment, la série suit un schéma carré en se renfermant sur un huis clos offrant une qualité de mise en scène impressionnante. La déception revient toujours au même changement et une évolution du scénario régressive, perdant aussi une partie de cet intérêt.

Death Note joue dans la cour des grands mais son adaptation animée aurait certainement pu prendre un chemin autre et ne pas partir en vrille à la moitié de l'intrigue. Un vrai bon animé recommandable à tous les amateurs de thriller fantastique avec un brin de philosophie, de noirceur et d'intelligence froide peu présent dans l'univers manga/anime. Pas une surprise, juste une confirmation attendue mais pas exempte de tout défaut.