5.5/10Twelve

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 29/09/2005
Notre verdict : 5.5/10 - Les frères passables (Ecrivez votre critique)

Tags : twelve film douze whisky produit anglais collyre

Première oeuvre de Yuko Iwasa, Twelve semble comporter pas mal d'erreurs de jeunesse liées à la volonté évidente d'obtenir un résultat de qualité collant aux standards du genre. Comme l'indique le titre, on sent que l'auteur aime les chiffres ainsi que la quantité en généralisant un peu. Ce manga reflète cet état d'esprit, bourré d'éléments et de personnages en tout genre mais dont l'accumulation les fait déborder en tout sens.

Twelve
Twelve
Ainsi, difficile de résumer l'histoire tant elle est brouillonne. Dans un pays imaginaire, la coutume veut, dans le cas d'une naissance de jumeaux, que l'héritier de la famille royale soit le plus jeune des deux suite à une vieille légende laissant croire que le plus vieux était la réincarnation d'un Dieu malfaisant et le plus jeune celui qui réussit à le battre. Twelve se voit donc prétendant au trône tandis que son aîné Eleven vit dans son ombre. Les deux sont malgré tout très unis et leur vie se gâte suite à de sombres histoires d'assassins et de tribus nomades rebelles.

La première chose qui frappe dans ce manga est le nombre de personnages différents puisqu'il faut compter tous les frères et soeurs avant le numéro 12 ainsi que tous ceux extérieurs à la famille royale, ce qui en fait un sacré paquet. De plus, ils se ressemblent presque tous et leurs noms sont incroyablement difficiles à retenir. L'histoire devient dès lors une belle embrouille que l'on suit avec difficulté, sans compter que le scénario aime jouer avec les retournements de situation. La lecture se fait donc avec un fort sentiment de confusion. C'est dommage puisque tout n'est pas à jeter. En épurant un peu l'intrigue et les personnages pour se concentrer davantage sur certains, Twelve serait vite bien meilleur. Ce serait également le cas si le manga pouvait éviter certains clichés du genre comme des héros monstrueusement forts et des réflexions de morale typiques d'un shônen. Le dessin, plutôt de style shôjo avec des personnages élancés aux longs cheveux et aux grands yeux est plutôt agréable même s'il manque parfois de finesse.

Malgré cette accumulation de défauts mineurs, Twelve arrive à se lire plutôt aisément et l'on regrette surtout que l'histoire soit si fouillis puisque sa base est suffisamment originale pour y trouver un intérêt. Au milieu de scènes que l'on a déjà vues un peu partout, le sort des deux frères parvient à retenir notre attention et c'est bien là ce qui sauve ce manga, en espérant que le scénario devienne plus clair au fil des volumes et que l'auteur trouve son propre style.