9/10Sanctuary

/ Critique - écrit par juro, le 11/11/2004
Notre verdict : 9/10 - Nous ne sommes pas des anges (Ecrivez votre critique)

Tags : sanctuary anglais manga sanctuaire saison dvd avis

Si vous avez aimé Aniki mon frère, Infernal Affairs et tous les autres films asiatiques du genre, ce manga est pour vous. Sanctuary est une histoire d'hommes. Plusieurs hommes aux ambitions démesurées dont deux d'entre eux sont liés par un pacte, une sorte d'alliance à la vie à la mort qui voit se mettre en place un plan machiavélique. L'ascension rapide et tonitruante d'un jeune homme opportuniste qui a décidé d'arriver tout en haut d'une organisation pas très claire, l'avenir d'une nouvelle génération de politiciens aux dents longues, la vie violente au quotidien d'une bande de marginaux prêts à répondre au moindre geste de leur leader, les doutes d'une femme commissaire emprunte de sentiments divers et confus. Autant de portraits pour un manga qui prend son essor dès le premier volume pour ne plus jamais se relâcher. Un effort qui est dû en grande partie à la qualité du scénario de Sho Shimura, alias Buronson (Oh-Roh, Ken, Fist of the Blue Sky), et du trait de Ryoichi Ikegami (Crying Freeman, Strain).

Révolution dans les hautes sphères du bas monde

Sanctuary
Sanctuary
Akira Hojô est un yakuza pressé de gravir les échelons de la hiérarchie de l'industrie du crime nippon. Sa place actuelle ne lui convient plus malgré son jeune âge, sa volonté est inébranlable, ses actes sont calculés et démoniaques, c'est pourquoi il décide de passer à l'action. Une action musclée qui revêt toutes les formes : corruption, manipulation, meurtre intimidation... Tout y passe pour tirer les plans de Hojô vers le haut. Son but final n'est pas seulement prendre le contrôle d'un clan de yakuzas, c'est encore bien plus ambitieux.

Chiaki Asami est un jeune loup de la politique. Sa place de conseiller ne lui suffit plus, renverser l'ordre établi devient une possibilité qui fait son chemin et prendre le pouvoir s'avère une solution d'avenir. Ses méthodes sont beaucoup plus raffinées que celle du yakuza car évoluer dans le monde de la politique revient à utiliser l'hypocrisie et la traîtrise à bon escient, de bonnes manières dans un monde de requins. Une détermination farouche le pousse à élaborer lui aussi un plan qui apporte son lot de surprises.

« Deux hommes que tout différencie, deux hommes qui ont tout pour s'entendre ». Tel pourrait être le slogan de Sanctuary, à ce point près que les deux personnages se connaissent déjà et sont à l'origine d'un pacte indestructible, leur sanctuaire. Leur but : conquérir le monde politique et criminel de la totalité de l'archipel. Ambitieux de capitaliser tous les pouvoirs au sein de deux paires de main ? Cependant, Hojô et Asami veulent rapidement devenir des hommes d'influence même si les obstacles qui se dressent sur la route de leur sanctuaire sont bien plus nombreux qu'ils ne le croient.

Gaijin connexion

Si le scénario peut sembler ne pas être original, c'est véritablement sa mise en forme qui le rend surprenant. Suivre le chemin de deux hommes possédant le rêve de changer la destinée et l'ordre établi devient rapidement prenant. De fil en aiguille, le plan se met en place, les actions musclées et les manoeuvres politiques se succèdent pour déstabiliser le pouvoir dominant. L'étonnant duo cache derrière lui un secret à l'origine de cette détermination dont on ne suppose pas le moindre aspect avant qu'il nous soit révélé... L'art du scénario prend alors une tournure cinématographique, chaque nouveau problème est géré dans les coulisses avant son apparition, tout est calculé à l'avance avec la plus grande préméditation. Chaque décision est pesée et emballée par un duo débordant de confiance. Rien n'est laissé au hasard dans Sanctuary, tout acte aura une répercussion !

Sous leurs airs policées d'anges aux bonnes manières, les personnages de Sanctuary font office de véritables démons et c'est avec beaucoup de facilité dans sa narration que Buronson nous livre quelques personnages d'anthologie. Entre Tokai le violent, le banquier véreux, les hommes politiques aussi cupides que les yakuzas, c'est un véritable défilé des pires portrait de la société japonaise auquel on a droit. On plonge toujours plus bas dans les abysses du pouvoir où les hommes ont la conscience aussi sale que leurs mains... Seul subsiste le doute à propos de la tournure que va prendre la position d'un être (presque) innocent, la commissaire adjoint Kyoko Ishihara, tombée sous le charme de Hojô. A vrai dire, le seul reproche admissible à Shimura est le fait que ces personnages véreux tiendrait parfois du stéréotype mais à bien y regarder, une certaine profondeur s'en dégage.

Un nationalisme japonais fera aussi son apparition plus tard dans l'oeuvre mais il est justifié par l'ampleur prise par le scénario. Il ne faut pourtant pas oublier le dessin d'Ikegami qui parvient à rendre clair. En s'illustrant par une qualité sensiblement meilleure que celle du dessin de Crying Freeman. Extrêmement réaliste et marqué par une perfection presque intégrale lors des planches en une case, le mangaka livre un travail qui aurait mérité une édition encore meilleure. Sa principale force est de représenter au mieux ce fameux réalisme à travers les émotions des personnages, ainsi qu'une justesse des fonds de cases qui montrent un Japon coincé entre tradition et occidentalisme.

L'encrage s'avère quelquefois trop présent et masque légèrement les somptueux dessins. Glénat avait déjà publié en partie le manga dans un format plus grand mais pas vraiment convaincant. Cette fois-ci, Kabuto parvient à donner une consistance à l'oeuvre dans un format plus classique pour une édition de très bonne qualité à part les quelques défauts évoqués précédemment.

Sanctuary pointe du doigt les hommes d'influence en mettant en place des moins que rien parti pour bâtir un empire encore plus vil que l'actuel. La violence n'est pas très présente mais les scènes sont marquantes. laisse beaucoup de place à des dialogues et un bon nombre de phrases chocs. Le combat perdu d'avance de deux rêveurs aux ambitions folles a-t-il une chance de voir le jour et avec quel résultat ? C'est tout le dénouement d'un manga qui mérite une attention particulière.