6.5/10No Bra

/ Critique - écrit par Djak, le 21/02/2005
Notre verdict : 6.5/10 - Pas shemale que ça (Ecrivez votre critique)

Tags : gorge bra femmes poitrine seins corps tendance

Katoaka Masato, élève de seconde doit accueillir chez lui aujourd'hui son nouveau colocataire, qu'il est censé connaître depuis son enfance. Malheureusement ou heureusement pour lui, le colocataire en question se révèle un peu spécial. En effet, Nomura Yuki, né garçon, a l'apparence d'une fille et est surtout amoureux de « Makun ». Masato va alors voir sa vie se compliquer d'autant plus quand d'autres filles vont se mettre à le fréquenter.

No Bra
No Bra
No Bra
, littéralement « pas de soutien gorge » ou « sans soutien gorge » est un manga, qui vous l'aurez compris, traite de petites culottes. Ce manga de Kenjiro Kawatsu joue donc dans une catégorie, bien connue maintenant des français (surtout ceux avec des boutons), celle du shônen un peu coquin. En tête de file on peut, entre autres, citer
Love Hina de chez Pika ou plus récemment Parallel publié chez l'éditeur Panini Manga. Bien que le sujet ait été maintes et maintes fois abordé, et les petites culottes usées, No Bra arrive lui à intégrer un élément nouveau dans son scénario.
En effet, l'ambiguïté, que ce soit pour le lecteur ou le héros Masato, sur le sexe de Yuki apporte une nouvelle dimension à ce genre de série. Cette ambiguïté n'est d'ailleurs pas sans rappeler celle d'un autre manga Family Compo du talentueux Tsukasa Hojo (City Hunter, Cat's Eyes, Angel Heart...). Malheureusement, seule l'idée de départ rappellera leur ressemblance. Car là où Hojo nous proposait une comédie sentimentale magnifique et sensible, No Bra lui reste définitivement dans le potache. Le mangaka reprend en effet d'une manière très classique tous les stéréotypes de ce genre de série. On passe ainsi des quiproquos avec les camarades aux scènes de lycée, de la piscine, ou encore de l'obligatoire passage au onsen. Bien entendu, chacune de ces saynètes servira à nous dévoiler toujours plus les petits secrets des filles. Dommage, car le manga avait tout de même du potentiel. Ainsi, si l'auteur n'avait pas fait qu'effleurer les thèmes intéressants et plus matures au lieu de se concentrer sur les scènes coquines et les gags, No Bra aurait sûrement gagné en consistance. Travailler plus en profondeur les sentiments des personnages et surtout ceux du héros aurait rendu sans nul doute le manga plus attrayant et moins superficiel. En outre, des thèmes comme l'homosexualité ou encore l'exclusion sont trop vite survolés.
Pourtant, No Bra n'est pas forcement un mauvais manga. Cette comédie est tout de même prenante, les triangles amoureux se compliquent plus on avance dans l'histoire. De plus, le mangaka arrive à maintenir le suspense et l'intérêt du lecteur. Celui-ci a réellement envie de savoir avec qui Masato va sortir à la fin et surtout si Yuki est une fille ou un garçon. Enfin, la série ne comptant que 5 volumes, on est déjà sûr que l'histoire ne traînera pas en longueur. Il n'y a plus qu'à espérer que Kojiro Kawatsu ne nous offre pas une fin trop ouverte ou trop irréelle à laquelle les japonais sont habitués.

Tout comme l'histoire classique de No Bra, le style graphique du mangaka Kojiro Kawatsu ne brille pas par son originalité. L'auteur fournit un dessin conventionnel, peu détaillé. Les personnages sont - logiquement pour ce genre de série - le plus gros travail de l'auteur. Or, étrangement dans No Bra, ceux-ci ne sont pas vraiment travaillés. Ainsi, les deux héroines se ressemblent beaucoup, le gros Hidepon est dessiné trop grossièrement... Cette impression d'irrégularité dans les traits du dessin se retrouve dans son travail des visages des protagonistes. Ils sont trop plats, fades et surtout pas du tout expressifs et réalistes. Dommage pour un manga jouant sur les sentiments.
Reste la mise en page de l'auteur qui, si elle ne prend pas de risque et reste simple, est claire et maîtrisée, assurant au lecteur de comprendre rapidement une situation.

Taïfu Comics, comme pour ses autres séries nous propose ici un travail très correct pour un prix raisonnable. Le papier est de qualité : souple, résistant et pas trop transparent. L'impression est nette et l'encrage impeccable. Bref du bon boulot.

Au final, No Bra est pour le moment, la meilleure série proposée par Taïfu Comics. Si ce genre de comédie en rebutera plus d'un, à n'en pas douter la série va pourtant vite rapidement trouver son public.