7.5/10Les Gouttes de Dieu T.24

/ Critique - écrit par OuRs256, le 30/09/2012
Notre verdict : 7.5/10 - Le meilleur Médoc... c'est le vin ! (Ecrivez votre critique)

Tags : gouttes dieu manga tome vin okimoto agi

Les Gouttes de Dieu T.24
Il a l'air de s'amuser, non ?Suivant le conseil de la mère de Tomine, Shizuku décide de se pencher sur le passé de son père ; et pour cela, de participer au marathon du Médoc, dont il a autrefois parcouru l’itinéraire avec ce dernier. Une fois dans le Bordelais, il retrouve de vieilles connaissances… et de nombreux souvenirs enfouis. Alors que le marathon lui fait visiter de nombreuses caves et châteaux, de Saint Julien à Pauillac ou encore à Saint-Estèphe, Shizuku se rend compte qu’il avait tort quand il affirmait que son père ne lui avait jamais parlé du vin…

L'introspection du héros continue et pour en découvrir plus sur lui-même et sur les raisons qui le poussent à concourir contre Tomine, il décide de refaire un itinéraire de son enfance. Empreint de nostalgie, ce chemin est, pour Shizuku, l'occasion de redécouvrir sa relation avec son père. Il le voit d'une manière complètement différente et se rend compte que même s'il ne lui faisait jamais "boire" de vin, il lui en a quand même donné de manière détournée, notamment via des sorbets, etc.

Le fameux marathon du Médoc est quand même assez spécial. Courir plus de 42 km en s'arrêtant fréquemment pour boire du vin me paraît quand même assez étonnant (après 23 dégustations, je suis incapable de courir correctement moi...). L'autre spécificité de ce marathon, c'est que les gens le courent déguisés et même si Shizuku n'ose pas le faire, ceux qui l'accompagnent ne se privent pas !

Sympathique volume donc qui nous permet de rentrer un peu plus dans la tête de Shizuku et d'en découvrir plus sur son passé et celui de son père (qui, pour moi, reste le personnage le plus intéressant de la série). L'envie de découvrir les Gouttes de Dieu semble revenir chez le jeune homme, qui ne perd jamais une occasion de boire d'ailleurs ! Bon allez, je vous ressers !