7.5/10Kuroko's Basket T.1

/ Critique - écrit par OuRs256, le 24/02/2012
Notre verdict : 7.5/10 - Ah ? Il était là lui ? (Ecrivez votre critique)

Tags : basket kuroko manga shonen eur mangas kaze

Kuroko's Basket T.1
Même sur la cover il est transparent !Le club de basket du lycée Seirin est tout nouveau. En à peine un an, ils ont réussi à participer à la phase finale du championnat national. Tout ça, c'est grâce à l'oeil affuté de l'entraîneur du club qui n'est autre que la fille d'un entraîneur réputé, Riko Aida. Grâce à son oeil, elle peut repérer les talents et transformer ce qu'elle voit en données numériques. Elle repère un talent particulier : Taiga Kagami. Ce dernier revient d'un lycée américain et pense que les clubs de basket japonais sont d'une faiblesse sans borne. Il y aussi un talent qu'elle ne remarque pas : Tetsuya Kuroko. Ce dernier a le don particulier de pouvoir se faire oublier par les gens et donc de masquer sa présence, ce qui peut s'avérer très pratique une fois sur le terrain. Kuroko n'est d'ailleurs pas un rookie à proprement parler. Il était le joueur de l'ombre, le 6e membre de la "Génération Miracle", le 5 le plus dangereux de l'histoire du basket collégien japonais. Déterminé à pratiquer un basket différent de celui de la Génération Miracle où seul le talent comptait, Kuroko n'a pas rejoint un lycée très réputé mais... il n'a pas pour autant renoncé à la victoire !

Il faut avouer que depuis Eyeshield 21, le Shônen Jump n'avait pas vraiment retrouvé de très bonne série sportive. Basket étant synonyme de Slam Dunk (du géant Inoue) dans l'esprit de beaucoup de fans du magazine, peu de séries se risquent à empiéter sur le terrain de la "sainte série". Kuroko's Basket vient donc tenter sa chance et ce n'est pas plus mal. Un petit peu de nouveauté n'a jamais fait de mal à personne. Un peu dans la veine d'Eyeshield 21, la série essaye de tirer son épingle du jeu grâce à l'humour. L'insignifiance de Kuroko (l'auteur le décrit à un moment comme étant le héros le plus "sobre" de l'histoire du Jump) est utilisé pour un running gag tout au long du volume et je dois avouer que ça fait son petit effet. Les dessins n'ont rien d'impressionnant mais suffisent à convier les sentiments et les impressions de vitesse et de puissance inhérentes au basket. Ils "font le boulot" en somme et il faudra voir comment le style de l'auteur va évoluer pour vraiment juger de leur efficacité. Humour, esprit d'équipe et originalité se font la part belle dans ce premier volume de Kuroko's Basket. Un très bon départ donc pour une série qu'il faudra définitivement surveiller de près.