7.5/10Hellsing - le manga

/ Critique - écrit par juro, le 27/12/2003
Notre verdict : 7.5/10 - Hira - oui ? Hira - no ? (Ecrivez votre critique)

Tags : hellsing manga alucard hirano vampire editeur volume

Hellsing fait beaucoup parler de lui avec le grand retour des vampires et Alucard et consorts sauront trouver une petite place sur votre étagère

Parlons tout d'abord du sujet : choisir pour thème central des vampires était un choix judicieux tant la fascination des Japonais pour ces monstres est grande, ceci représente donc a priori un pari peu risqué... encore fallait-il avoir le talent pour illustrer et articuler l'histoire autour d'un scénario somme toute potable. Alors apparaît Hellsing et la volonté de créer une histoire à la manière de Gantz ou comment le style possède presque autant d'importance que l'histoire.

Vatican et nazis

Hellsing
Hellsing
En Angleterre, l'organisation secrète Hellsing agit pour protéger le pays des forces du mal, dont les vampires. Force de frappe de l'église protestante, ce groupe dispose d'une arme secrète des plus inattendues : Alucard, vampire surpuissant armé jusqu'aux dents et apparemment invulnérable. Mais leur mission se coresera quand ils devront faire face au Vatican et aux brigades anti-monstres de l'Etat le plus petit du monde...

Comme pour l'anime, tout repose sur les épaules d'Alucard et de la cheftaine d'Hellsing. Le propos se montre lourdement similaire au départ mais le manga va prendre un chemin tragédique et gonflé en faisant apparaître complot nazi, bataille contre le Vatican et lutte éternel entre vampires, humains et toutes sortes de monstres dans un monde résolument apocalyptique. Revenons à l'histoire où très vite, le charismatique vampire va rencontrer une jeune officier de police, Victoria Celes, qu'il sauve des griffes d'un parasite de vampire même si pour cela il est obligé de la tuer... ça aurait pu se finir ainsi, cependant comme la mort est un éternel recommencement et qu'Alucard aura bien pris soin de savoir si elle est vierge avant de tirer, il transforme la jeune femme en vampire « nature » pour que l'aventure prenne enfin tout son essor. Dans le seinen, le rôle de celle-ci se limite à faire des apparitions comiques le plus souvent ou bien à découvrir la vie de tueur de vampires sans pitié d'Alucard à travers ses différentes missions en filant un petit coup de main à son maître. Mais il faut aussi tenir compte des personnages secondaires qui apportent quelque chose de plus à l'histoire comme Walter, « l'ange de la mort ».

Rapports de force

Hellsing
Hellsing
Rappelez-vous j'ai dit de Victoria qu'elle était une vampire « nature » car le scénario se base sur une histoire où un mystérieux groupe a réussi à inventer une puce et à l'implanter sur des sujets pour les transformer en vampires surpuissants mais pas autant que les « natures ». L'objectif des « natures » étant d'éliminer les « pucés » et le groupe à l'origine du désordre. Jusque-là c'est simple non ? Oui, mais pas tant que ça, puisque la religion entre aussi en compte avec l'apparition de l'église catholique et de sa très fameuse Division XIII, Iscariote (du nom de Judas, celui-la même qui trahit Jésus), qui n'est pour le moins pas très... catholique. Farouchement opposé à Hellsing sur à peu près toutes les décisions, Iscariote bénéficie aussi de ses propres moyens de dissuasions avec notamment le prêtre Anderson... 

Première constatation technique sur le travail de Hirano : on a presque l'impression que ce sont des dessins préparatoires qui ont été publiés tellement le manque de soin semble évident au premier coup d'oeil ! Ou bien alors que les assistants ont fait tout le travail car la qualité des deux premiers volumes est très faible si bien qu'on se demande si Hirano ne s'occupe pas seulement du scénario ! Mais ce n'est qu'une impression car l'ensemble se révèle tout à fait maîtrisé sortant quasiment drectement de la grande école de peintres se dégustant de monstres désossés. Le remplissage est admirable d'inentivité et l'auteur se fend de multiples signes ésotériques reforçant la tension constante qu'il imprègne à son manga.   

Pour conclure, que dire d'autre que bravo à Hirano pour le scénario qui promet d'être dantesque en mélangeant aussi bien religion, lutte contre le nazisme, monstruosités en tout genre, vampirisme, satanisme sur un fond de guerre... Autrement dit tout le ramassis des sujets les plus étranges et les plus glauques concentrés dans la même oeuvre et ça aurait pu même être très bien si le mangaka ne partait pas dans toutes les directions en tentant de trouver de nouvelles idées chaque fois un peu plus dérisoires pour enrichir son scénario.