6/10Fairy Tail T.27

/ Critique - écrit par OuRs256, le 28/12/2012
Notre verdict : 6/10 - C'est l'histoire d'un maître... (Ecrivez votre critique)

Tags : tome tail fairy mashima hiro manga chapitre

Fairy Tail T.27
Fairy Tail se rebiffe !Sur l’île de Tenrô les combats entre membres de Fairy Tail et ceux de Grimoire Heart font rage. Les Sept Frères du Purgatoire semblent plus puissants les uns que les autres et donnent bien du fil à retordre à Natsu et ses compagnons… L’issue semble d’autant plus incertaine qu’Ultia a retrouvé Zeleph, le terrible mage noir. Mais petit à petit, des secrets sont révélés qui pourraient bien entraîner certains changements de camp, d’autant que l’objectif réel de Maître Hades pourrait différer de celui qu’il annonce…

Les combats de ce tome (oui, ça ne s'arrête pas !) font ressortir un personnage en particulier : Caprico. Celui qui va devenir l'un des nouveaux esprits de Lucy possède un style vraiment singulier et on a hâte de le revoir rapidement. Jubia aussi a un joli rôle et on la voit vraiment en colère (ça fait mal, c'est le cas de le dire) et son véritablement potentiel est dévoilé. Là où le bât blesse, c'est que l'action n'avance pas du tout encore une fois. Alors oui les combats sont sympas, ils se laissent regarder mais il faut avouer que l'on passe le volume un peu machinalement et la routine dont je parlais pour le tome 26 est encore plus présente. Ne vous attendez pas à de gros rebondissements donc, ça se fight et... ça continue à se fighter. Même le coup du combat d'équipe n'est pas super bien exploité puisque plus qu'une synchronisation, Natsu et Lucy font preuve d'une bonne entente et d'un bon sens du combat (bon, après, ça laisse une petite d'évolution donc pourquoi pas).

Ce volume de Fairy Tail se lit donc presque sans émotions, ce qui est assez étonnant puisque Mashima aime beaucoup faire en sorte que le lecteur passe par différents stades à la lecture de ses oeuvres. On attend avec impatience le rebondissement dont il parle à la fin du volume, dans sa postface parce que là... comment dire... ça stagne.