9/10Deadman Wonderland T.9

/ Critique - écrit par OuRs256, le 26/04/2012
Notre verdict : 9/10 - Tromperie mise à jour (Ecrivez votre critique)

Tags : deadman wonderland tome prix evaluation livres livre

Deadman Wonderland T.9
Intrigant personnage...Est-ce que l'histoire avance dans ce tome ?
La donne change du tout au tout dans ce 9e volume de Deadman Wonderland. Le directeur Tamaki est rattrapé par Makina qui le force à révéler certains éléments concernant la prison. Leur discussion sera interrompue par l'arrivée de "l'homme en rouge". Son identité sera révélée à tous, y compris Ganta qui en sortira complètement dévasté.

Les manigances de Tamaki ayant été révélées, certains procès ayant mené à l'emprisonnement de deadmen sont revus. Ganta, Senji et d'autres sont libérés et n'ont plus à subir la pression du collier ou de la peine de mort permanente. "L'homme en rouge" court toujours et l'ancien directeur de la prison l'accompagne.

Par rapport au tome précédent, ça donne quoi ? Ce neuvième opus est riche en révélations et nous propose un final en apothéose pour le séjour de Ganta dans la prison Deadman Wonderland. Il y a beaucoup moins de combat et certains mystères de la série sont enfin révélés (pas tous n'ayez crainte !). Celui qui tire les ficelles depuis le début se dévoile et on comprend pourquoi l'ancien directeur a mis en place le Carnival Corpse. Son but était de trouver le plus puissant des deadmen pour lui ******* (spoiler alert !).

Que peut-on attendre du prochain volume ? Les deadmen remis en liberté vont-ils choisir de reprendre une petite vie tranquille ou, au contraire, vont-ils tenter de retrouver l'ancien directeur et "l'homme en rouge" ? Le volume se termine avec un Ganta complètement blasé et dégouté de la vie, plus encore qu'il ne l'était quand il a été jeté en prison. Il n'a plus cette hargne à vouloir venger ses camarades et tout ce qu'il lui reste, c'est le goût amer de quelqu'un qui n'a fait que subir les tromperies répétées d'un horrible personnage.

Le mot de la fin : Cette neuvième itération des aventures de Ganta se lit presque le souffle coupé. La première partie de l'histoire se termine de manière véritablement magistrale et on a enfin une explication un peu plus poussée sur le titre de la série. En effet, ce n'est plus seulement le nom de la prison mais c'est le terrain de jeu (le wonderland) de l'ancien directeur de la prison, un homme "mort" (un deadman). Je n'ai pas assez d'adjectifs mélioratifs pour continuer à parler de ce volume mais une chose est sûre, Deadman Wonderland est assurément l'une des valeurs sûres du seinen. Si vous ne suivez pas déjà la série... jetez-vous dessus !