7.5/10Bleach - la série

/ Critique - écrit par Kurono-kun, le 03/09/2007
Notre verdict : 7.5/10 - Ramène ta fraise, vilain Hollow !! (Ecrivez votre critique)

Tags : bleach episode saison ichigo episodes rukia shinigami

Voici enfin l'arrivée en France de l'adaptation tant attendue du manga Bleach de Tite Kubo, et une série qui connaît un tel succès mérite bien qu'on se penche sur les origines et les raisons de celui-ci, à l'occasion de la sortie du premier volume en DVD par Kaze au mois d'août 2007...

Voici enfin l'arrivée en France de l'adaptation tant attendue du manga Bleach de Tite Kubo, et une série qui connaît un tel succès mérite bien qu'on se penche sur les origines et les raisons de celui-ci, à l'occasion de la sortie du premier volume en DVD par Kaze au mois d'août 2007.
Concentrons-nous donc ici sur l'exposition de son univers type heroic fantasy plein d'originalité et la présentation de son incroyable profusion de protagonistes, antagonistes et personnages secondaires caractérisés par leur diversité, qui apporte sans aucun doute une grande partie du charme de la série.


L'histoire commence comme d'habitude par la caractérisation du héros et la rencontre qui va faire basculer sa vie. Ce héros en devenir s'appelle Kurosaki Ichigo (Ichigo = fraise en japonais...), un lycéen tout à fait anodin (quoique un peu plus glandeur que la moyenne...) qui rentre chez lui; peut-être pas tout à fait anodin en réalité car, au-delà de son air arrogant et désabusé, Ichigo a une particularité rare parmi les êtres humains : il peut voir les fantômes et communiquer avec les esprits des défunts. Sa nature généreuse et altruiste le fait se sentir obligé bien malgré lui de défendre l'endroit où erre l'esprit d'une jeune fille contre une bande de voyous pour qu'elle puisse reposer en paix.
Mais son pouvoir est à double tranchant, car il a pour effet d'attirer les esprits qui peuvent le sentir, et si les jeunes filles et les animaux, les "Plus" (les bons esprits), ont tendance à l'exaspérer un petit peu par leur insistance, un danger bien plus grand ne tarde pas a être attiré par son aura : ces esprits maléfiques sont appelés "Hollows".
Le soir même, Ichigo voit débarquer dans sa chambre une frêle jeune fille en robe noire armée d'un sabre. Celle-ci dit s'appeler Rukia et interpelle le pauvre Ichigo abasourdi pour le prévenir qu'un "Hollow" a repéré sa force spirituelle et va venir s'attaquer à lui. Ne pouvant le repousser à elle seule, elle trouve alors une solution qui pourrait représenter leur dernière chance et transmet ses pouvoirs à Ichigo pour qu'il puisse se défendre. A sa grande surprise, Ichigo s'approprie tous ses pouvoirs et semble disposer d'une force spirituelle hors du commun. Il est provisoirement devenu un "Shinigami", un passeur qui guide les bonnes âmes vers la "Soul Society" et doit chasser les "Hollows", et sa vie ne sera plus jamais la même...


bleach box collector 1/5
bleach box collector 1/5
Bleach
applique une recette vue et revue mais toujours efficace dans le genre "heroic fantasy" : un être doté d'un talent particulier voit son monde bouleversé par un évènement inattendu et se retrouve catapulté dans une existence parallèle où apparemment il serait un héros...
Point de dérogation donc à ce principe dans Bleach, mais une touche de réalisme bienvenue car ce monde fantastique parallèle se trouve être complètement intégré au nôtre (enfin au Japon surtout...). La série se permet donc d'installer son environnement dans le style "comédie lycéenne" et vie quotidienne couplés à une irruption du fantastique . A partir de là le terrain est propice à l'implémentation d'une aventure captivante et pleine de rebondissements, aux accents humoristiques omniprésents et personnifiés par des individus hauts-en-couleur voire insupportablement délirants (la plupart des camarades de classe d'Ichigo, et la mascotte de la série, Kon, un lion en peluche détestabement attachant et hilarant, relais personnifié de l'auteur Tite Kubo qui se met en scène avec un plaisir évident pour contrarier la vie de ses propres héros), au cynisme assassin, aux émotions communicatives, tous ces éléments étants imbriqués avec une alchimie qui fonctionne étonnement bien car on y croit. L'ensemble est cohérent et le suspense constamment alimenté par l'apparition de nouveaux personnages, de rebondissements distillés au bon moment, de révélations surprenantes et de répliques hilarantes, pour donner un rythme assez soutenu et accrocheur.

En plus de s'imposer comme un anime moderne et "fashion" par son animation et son "character design" survoltés et l'abondance de musiques entraînantes qui soulignent son esprit "djeun's" assumé (un incroyable éventail d'openings et d'endings allant de la "J-Pop" au Hard Rock soft), Bleach peut aussi se targuer de quelques ambitions poétiques voire philosophiques sur des thèmes comme ce qui se trouve après la mort et l'attitude à adopter vis-à-vis des défunts, mais ce traitement reste assez léger.
Cependant la série n'est pas exempte de défauts : en effet, la modernité dont se targue Bleach la limite dans ses vélléités d'approfondissement du scénario, car le script doit alimenter constamment le spectateur assoiffé de rebondissements et de personnages mystérieux, aux dépends de toute réflexion sérieuse. Revenons d'ailleurs aussi sur son coté graphique, efficace mais très limité quand on y regarde de plus près : l'animation est souvent trop carrée et saccadée et les visages un peu trop géomètriques (mais après tout le style fonctionne bien avec cet état de fait, donc ce n'est aps dérangeant, et nécessité juste un petit temps d'adaptation pour les amateurs de dessins plus "classiques" de la japanimation). La bande son quand à elle est axée sur l'utilisation massive de percussions aux sonorités synthétiques intéressantes et qui s'avèrent assez efficaces pour soutenir les scènes énigmatiques et les combats, malheureusement le compositeur n'ayant pas prévu assez de morceaux différents pour nourrir l'ambiance de la série, la musique devient vite trop répétitive, à part quelques rares nouveaux thèmes qui apparaissent de temps à autre.
Malgré quelques lenteurs imposées par l'ampleur du récit et le grand nombre d'épisodes (et oui il faut bien faire durer un peu les choses, les producteurs ne vous diront jamais le contraire, tant qu'une série marche, pourquoi ne pas écrire toujours de nouveaux épisodes jusqu'à ce que les jeunes spectateurs finissent saignés à blanc ou se soient jetés par la fenêtre à force d'attendre une fin trop repoussée qui ne viendra peut-être jamais...), les rares instants de patience sont bleach box collector 1/5 + goodies
bleach box collector 1/5 + goodies
souvent utiles que ce soit pour étoffer le récit, faire progresser la psychologie des personnages (bien que celle-ci stagne souvent en surface) ou nous faire passer les sentiments exprimés par les individus, même si on regrette que la série n'aille pas toujours au fond des choses.
Toutefois on comprend bien que ce n'était pas le but recherché par Bleach, qui se contente de "satisfaire" un public ciblé "d'adolescents désoeuvrés en quête d'échappatoire à la réalité au travers d'un monde fantastique". Ceux qui recherchent un peu plus de profondeur seront déçus, à moins qu'ils ne diminuent leurs attentes et se laissent séduire par le coté très ludique et récréatif de la série, très réussi.


Les fans, totalement interloqués par le dénouement captivant et prometteur de la première saison (après une soixantaine d'épisodes), se verront soumettre directement une nouvelle histoire "hors-série" qui exploite les bases mises en place précedemment en parallèle de l'intrigue principale qui s'est trouvée pour l'occasion partiellement mise en pause.
Pour entretenir un peu l'interêt et relancer la machine, ce nouveau récit prend un parti résolument plus estampillé "action" et privilégie le comique dans les interactions entre les personnages. La réflexion est mise de côté au profit de l'ambiance "stylée" incarnée par un Ichigo exaspéré car envahi par un flot de peluches squatteuses débiles (mention spéciale à Kon, hilarant et insupportable comme jamais) et par le badinage communicatif (même s'ils sont souvent inconsistants) des personnages secondaires les plus plébiscités mis à l'honneur dans des nombreux "fillers" (épisodes de remplissage) qui détendent agréablement l'atmosphère.

La nouvelle intrigue soulevée est elle moins détendue car elle met en scène une nouvelle menace apparue face aux "Shinigamis" et qui va toucher directement Ichigo et se amis : les "Bounts", des sortes de vampires (quoi ? qui a encore râlé parce qu'il y a trop de vampires dans les animes ? toi? bon va au coin !!) buveurs ici n'ont pas de sang mais de force spirituelle (ou "reiatsu") qui ont étrangement tendance à écumer les alentours à la recherche d'auras plus puissantes donc plus appétissantes...
Quel est leur but ? Ichigo et sa bande auront-ils les ressources nécessaires pour se battre contre ces inconnus dotés de pouvoirs inconnus et impressionnants ?

Le rythme bien plus posé de ces épisodes par rapport au début de la série est propice à une petite intospection pour les protagonistes, une sorte d'état des lieux : comment ont-ils évolué depuis les évènements de la Soul Society ? L'anime nous fait nous pencher sur des cas de conscience assez complexes, notamment sur Ishida, Orihime, Rukia et Ichigo, même si celui-ci perd une bonne partie de sa consistance (pour rester poli...) et de sa verve héroïque.
La recette originelle reste appliquée la plupart du temps avec autant d'efficacité, mais l'ensemble est visiblement moins dense et moins fonceur. Au-delà de l'augmentation des lenteurs du scénario et de quelques incohérences, somme toutes excusables et insuffisantes pour gâcher le plaisir de suivre épisode après épisode les "vacances" de nos héros préférés, l'animation et les dessins suivent le même chemin que ses aspirations philosophico-oniriques : c'est toujours bien mais globalement moins inspiré, moins tranchant.

On a malgré tout le droit à de beaux combats, quelques retournements de situation intéressants et les morceaux de bravoure habituels, même si il faut attendre longtemps avant de voir de vrais changements dans l'évolution des personnages. Après tout on nous offre suffisamment d'action et d'humour débridé donc on ne va quand même pas se plaindre !!!
Après la fin du récit des "bounts", un pont situé entre les épisodes 109 et 110, d'ailleurs assez poétique et réussi, vous fera reprendre comme si de rien n'était le train en marche du fil conducteur de l'intrigue principale.
Le rythme de l'ensemble et la qualité de l'animation retrouvent leur "niaque" habituelle et les fans ultra-tendus se voient abreuvés de révélations captivantes et de rebondissements inattendus. Ichigo reprend aussi du poil de la bête et c'est tant mieux, on repart de plus belle dans l'action teintée d'une nouvelle réflexion, je dirai même une introspection sur le destin du héros mêlé bien malgré lui à une autre sombre affaire avec de vilains "Hollows"et placé devant un choix périlleux face à une menace mystérieuse qui le rattrappe inexorablement et qui pourrait bouleverser sa vie!


Fans avertis ou novices passionnés, préparez-vous à suivre une saga interminable, inspirée de Dragon Ball (mais ce n'est pas un inconvénient, juste une inspiration avouée de la part de son auteur) et attendez-vous à vivre des émotions fortes avec la série Bleach, qui se pose tout de même comme le gros succès actuel et parvient à se hisser à la hauteur des maîtres du genre "aventure/action à rallonge" de type Naruto et One Piece, tout en se montrant fière de son esprit un peu plus morbide; et la série continue, poussée toujours plus haut par la surpuissance des ses affrontements dantesques et l'énorme capital sympathie de son héros Ichigo, le roi de la "cool attitude".