8/10Billy Bat T.5

/ Critique - écrit par OuRs256, le 17/01/2013
Notre verdict : 8/10 - Dallas, ton univers impitoyable ! (air connu) (Ecrivez votre critique)

Tags : billy bat tome urasawa naoki manga seinen

Billy Bat T.5
Pigeon ou lapin ?De retour aux États-Unis après six mois passés au Japon, Kevin Yamagata a la fâcheuse surprise de découvrir que "Billy Bat", le personnage de BD qu'il a créé, ne lui appartient plus : les droits de la série sont désormais à Chuck Culkin, son ancien assistant ! Mais la chauve-souris continue à lui apparaître pour lui faire le récit des terribles événements à survenir… Dans le même temps, Tony et Diane sont sur la route de Dallas puisque ce dernier a obtenu un poste à la présidence de la succursale texane de Golden Cola. Cependant, être autre chose que blanc aux États-Unis dans les années 60 n'est pas forcément super bien vu...

L'Histoire est toujours un personnage central dans Billy Bat et c'est toujours vrai dans ce cinquième tome puisque l'auteur nous donne sa vision des exactions du Ku Klux Klan dans l'Amérique des années 60. Alors que Martin Luther King est en pleine campagne pour les droits civiques (les fameux Civil Rights), les États-Unis et en particulier les petites villes ne semblent pas encore prêts à évoluer. Tony et Diane (mais si, souvenez-vous, ils étaient dans le taxi du tome 2) vont en faire l'expérience et arriver jusqu'à Dallas ne sera pas de tout repos.

Oswald, de son côté, continue à être mené en bateau. Il boit les paroles de l'hommes aux lunettes rondes plus qu'il ne boit de Golden Cola, c'est dire... Persuadé d'agir pour le bien de sa patrie, celui que Kevin dessine comme un lapin (sympathique clin d'oeil à Walt Disney soit dit en passant) subit un quasi-lavage de cerveau. De son côté, Kevin se décide enfin à regarder Billy Bat Hour, le programme consacré au nouveau Billy Bat (autre gros clin d'oeil à Disney). C'est alors qu'il se rend d'une chose : Chuck n'est pas Chuck. Un mystère de plus donc qui, espérons le, trouvera sa réponse le plus vite possible.

Urasawa continue à nous entraîner dans un univers ultra-réaliste où se mêlent complots, Histoire et récit. Les nombreux clins d'oeil aux époques que traversent les personnages montrent un vrai travail de recherche dans l'écriture du scénario (les États-Unis dépeints font vraiment très très réalistes). En tout cas, plus on avance, plus on est dedans. Bref, du Urasawa tout craché !