5/10Beelzebub T.11

/ Critique - écrit par OuRs256, le 20/03/2013
Notre verdict : 5/10 - Démon virtuel (Ecrivez votre critique)

Tags : beelzebub tamura tome ryuhei kaze manga mangas

Beelzebub T.11
Une belle brochette de...Comme en témoignent les sévères blessures d’Oga et Tôjô, l’enfer s’est invité sur Terre. Mais pour ces racailles revanchardes, pas moyen d’en rester là. Le mot d’ordre : devenir plus balèzes ! Si le prof Zen accepte de prendre en main Tôjô, Oga, lui, s’astreint à un entraînement digne des plus grands héros de manga sous la houlette du papy génial de Kunieda. De son côté, Furuichi et ses camarades d’Ishiyama vont être forcés de traquer En’Ô, le geek diabolique, sur le terrain miné des jeux online…

La transition continue et Oga a bien du mal à trouver le rythme pour son nouvel entraînement (un peu à l'image de la série qui perd un peu de son charme). Le tome se veut assez sérieux (malgré les pitreries d'Oga et les tentatives de comique de situation un peu ratées avec Furuichi). L'auteur fait revenir Lamia (un personnage que je n'aime vraiment pas à cause de son caractère raté) et tente une combinaison avec Furuichi qui se solde par des gags vus et revus et qui ne font plus tant d'effet que ça. C'est un peu le souci de Beelzebub, quand l'auteur met de côté l'humour et parie sur le côté sérieux de la série, l'ambiance en prend un sacré coup. Cependant, il part d'une bonne idée : mettre un peu plus en avant les personnages secondaires et ce, grâce à leur "chasse numérique" puisqu'ils traquent En, le frère de Baby Beel, via ses avatars de jeux en ligne. Dit comme ça, c'est pas super motivant, je l'avoue; mais ce n'est rien comparé à l'effet que ça fait dans l'histoire. Ce passage axé "jeux-vidéo" est d'une longueur... Bref, rien de mieux pour casser le rythme de la série mais malheureusement pas en bien...

Alors oui, le tome se lit tranquillement et tout et tout mais force est de constater que l'enthousiasme qui m'animait au départ commence à flétrir. La série perd de plus en plus de son charme et les quelques combats disséminés dans le tome sont trop rapides ou encore trop anecdotiques pour que l'on puisse en tirer quoi que ce soit. On espère une petite remontée rapidement (on sait que l'auteur n'est pas génial sur les transitions, cf. tome 5/6), peut-être même dès le prochain volume si ce n'est pas trop demander.