7/10BB Project

/ Critique - écrit par juro, le 05/02/2008
Notre verdict : 7/10 - Le projet à Bibi (Ecrivez votre critique)

Tags : project manga shonen kaze tome personnages tournoi

Baston à tout va et charisme débordant de coolitude suffiront-ils à faire de ce manga français (ou manfra) un potentiel prétendant au titre de shônen attrayant ?

Enfer & Paradis a fait des émules. Le trait percutant de Oh ! Great aussi. La mouture française s’appelle BB Project et force est de constater que dans son genre, l’élève a peu à envier au maître d’un point de vue graphique. Le nombre de planches évocatrices du shônen travaillé tapent bien à l’œil et fait prêter attention à une histoire sobrement un cran en dessous. Mais à vrai dire, l’intérêt réside presque ailleurs…

Bébé projeté

BB Project (c) Shogun
BB Project (c) Shogun
Depuis quelques années, la ville de Kyoto est le théâtre d'une guerre secrète opposant des adolescents japonais extrémistes qui prônent l'exclusion des gaijin (étrangers) hors du Japon, et d'autres qui défendent leur intégration. Afin d'éviter l'escalade de la violence entre les bandes rivales, les deux camps se mettent d'accord pour régler définitivement le sort des gaijin dans un tournoi underground où leurs meilleurs représentants s'affronteront : le B.B Project. Il s'agit du diminutif pour black boat project en rapport direct avec les “black boats” du commandant Perry, symbole marquant l'arrivée des gaijin (étrangers) sur les terres japonaises... Mais pour Franck Leclerc, c'est son avenir et sa vie qui sont en jeu

BB Project a les moyens de ses ambitions et il ne se prive pas de les réaliser avec une inspiration tirée d’Enfer & Paradis en toile de fond. Mêmes ingrédients pour un résultat sensiblement similaire. Un héros bagarreur, des filles à la pointe de leur(s) forme(s) pour combattre, des adversaires répondant à la devise de Coubertin (pas « l’important est de participer », l’autre !) et un bon gros prétexte à ce que tout ce petit monde s’envoie des mandales et des kicks entre les deux yeux. On pourrait presque croire à une mauvaise blague en lisant le pitch mais bien vite, on oublie toute considération nationaliste et s’éloigne d’un discours pesudo intégriste rapidement imaginé pour retomber clairement dans une lutte bassement musclée. Mais après tout, c’est bien ce que promettait le titre. On s’en contentera largeeeeeeeeement…

Gaijin contre nippons

Des combats par dizaines à une allure intéressante. Sur le principe maintes fois utilisé du tournoi, s’enchaînent des fracassages, des éclatages, des pétages et des défonçages en règle. Toute considération technique étant bien évidemment mises de côté pour laisser parler le fun et les super pouvoirs, le dernier né en la matière se nomme « seishin » et se caractérise par une sorte de capacité spéciale de son utilisateur à concentrer son énergie pour en faire un concentré élémentaire (feu, glace ou autre…). Rien de bien nouveau mais l’ensemble reste relativement sympathique à lire. Ponctué du même humour que tous les mangas de genre avec une sauce française sentant le nippon, on accroche sans être dépaysé : SD, quiproquo et comique de répétition sont de la partie.

Le gros point fort – et de loin – du titre, réside dans sa capacité à se sublimer du point de vue graphique. Le dessinateur, Shonen (bien trouvé, non ?), s’applique terriblement pour mettre en valeur ses personnages, proposant des angles de vue cinématographiques, alliant le cool à l’esthétique. Les personnages apparaissent expressifs, pas encore très originaux mais suffisamment pour s’affirmer à travers des positions et des petits détails accrocheurs. Le rythme ne ralentit pas, au contraire et les combats s’enchaînent à grande vitesse, si bien que BB Project captive l’espace de ses deux cents pages par volume.

Un manfra tout à fait correct qui ne vole pas bien haut mais qui remplit sa mission de divertissement haut la main, ou en tout cas suffisamment pour avoir envie d’en savoir plus. Cet archétype du shônen de baston saura aller à la rencontre des fans en demande depuis un bon moment de successeur à High School ou dans l’attente d’un volume de la série de Oh ! Great sortant au compte-goutte…