7/10Baptism

/ Critique - écrit par juro, le 12/02/2007
Notre verdict : 7/10 - Renaissance (Ecrivez votre critique)

Tags : bapteme baptism anglais tome manga &nbsp umezu

L'intrigue de Baptism est réellement à dévorer, en dépit d'un début assez stéréotype. Car la suite est jouissive. pour se délecter du sadisme d'une mère à la recherche de sa gloire passé et vous terrifier tous les matins au réveil, ce manga mérite une place sur votre étagère.

Le genre horreur pullule dans les mangas, pas toujours sous les meilleures apparences avec une grande part de terreur gothique insipide et un scénario à dormir debout. Plus rare est de trouver une bonne intrigue à la fois terrifiante et dans ce cas, mieux vaut faire confiance à un maître du genre en la personne de Kazuo Umezu. Son savoir-faire n'est plus à démontrer avec ces postulats mettant aux prises des enfants terrifiants dans le monde des adultes. Glénat nous avait déjà proposé L'Ecole Emportée pour une plongée dans le fantastique sans concession, cette fois c'est un autre drama school version seinen qui pourrait bien vous retourner le cerveau avec Baptism. A tous les sens du terme.

Fontaine de jouvence

Baptism
Baptism
Anéantie par la dégradation de ses charmes, et en particulier l'apparition d'une horrible tache sur son visage, la célèbre actrice de cinéma Izumi Wakakusa fomente un plan désespéré pour retrouver sa jeunesse perdue. Elle se réfugie dans l'anonymat loin des feux des projecteurs pour donner naissance à une ravissante enfant, Sakura. Comblée d'égards du matin au soir, la fillette grandit paisiblement tout en ignorant les véritables intentions de sa mère. Jusqu'au jour où elle découvre la seule et unique raison de sa venue au monde...

Le scénario n'échappe pas à un certain manque d'originalité pour le départ mais cette introduction n'est qu'un prélude à la véritable intrigue mettant aux prises un personnage machiavélique prêt à tout pour retrouver sa gloire perdue, même à détruire des vies sans sourciller. Tout autour d'elle n'est qu'un moyen de lui refaire goûter la joie de ses bonnes années en cherchant à trouver la formule de la fontaine de jouvence par une opération chirurgicale... pour réapparaître dans le corps de sa fille. A partir de ce constat, la gentille Sakura va être contrôlée par le cerveau de sa mère démoniaque, changeant complètement d'attitude. A la manière de Heads, c'est la relation à l'environnement et aux personnes proches qui est traité dans Baptism avec ce grain de folie que sait si bien donner le mangaka à ses sujets.

Retour à la case départ

Le personnage central de la mère revenu dans le corps de la fille par un stratagème médical n'est pas le thème principal. La poursuite d'un rêve et d'une deuxième chance comme une renaissance inespérée met en avant l'égoïsme et la folie d'un individu frustré d'avoir perdu sa condition dans le premier tome du manga avant d'évoluer vers des relations sociales dans lesquels elle apparaîtra comme un ange démoniaque. A la manière du film La malédiction sans la dimension fantastique, car dans Baptism, tout tourne autour de la persécution et de la manipulation exercée par « Sakura ». Et à ce titre, Umezu regorge d'idées machiavéliques pour torturer ses personnages secondaires et créer une véritable horreur.

Si le trait d'Umezu souffre d'un manque de mouvement notable, l'expressivité des visages est un modèle que tout mangaka s'illustrant dans l'horreur devrait faire sien. Les personnages manifestent leurs émotions par des yeux exorbités et des cris transperçant les pages pour créer une ambiance appropriée qui ne font pas se relâcher l'attention. Pas de temps mort et véritablement beaucoup de plaisir à la lecture grâce à un chara design très performant et encore bien visible malgré le petit format bunko et un aspect parfois figé. Chaque personnage possède son originalité sans ressembler trop aux autres et de nombreux détails profitent au manga. Le découpage classique donne un ton ancien au manga, le remplissage est sommaire mais la quantité de détails sur les faces représente l'essentiel du travail.

Baptism regorge de bonnes idées mais son dessin pourrait rebuter par son aspect assez personnel. Mais l'intrigue est réellement à dévorer, en dépit d'un début assez stéréotype pour l'horreur, car la suite est jouissive. pour se délecter du sadisme d'une mère à la recherche de sa gloire passé et vous terrifier tous les matins au réveil, ce manga mérite une place sur votre étagère.