7/10Angel Sanctuary

/ Critique - écrit par Jade, le 04/06/2004
Notre verdict : 7/10 - l'Ange Ingrat (Ecrivez votre critique)

Tags : angel sanctuary yuki kaori tome manga album

Angel Sanctuary, produit typiquement japonais et commercial, ce shojo n'a a priori que peu de chance de séduire au-delà de sa cible marketing. Pourtant Angel Sanctuary est l'un de mes mangas préférés et propose de nombreux arguments dignes d'attirer un public aussi bien féminin que masculin.

Angel Sanctuary, manga dessiné par Kaori Yuki, est un shojo, c'est à dire destiné à un public majoritairement féminin. Produit typiquement japonais et commercial, le shojo n'a a priori que peu de chance de séduire au-delà de sa cible marketing. Pourtant Angel Sanctuary est l'un de mes mangas préférés et propose de nombreux arguments dignes d'attirer un public aussi bien féminin que masculin.

Angel Sanctuary
Angel Sanctuary
Setsuna Mudo est un jeune homme âgé de 17 ans. C'est un étudiant normal, si ce n'est pour l'étrange attirance qu'il ressent envers sa soeur jumelle, Sara. Le pauvre garçon vit avec sa passion depuis la naissance, sans pour autant avoir le courage de la concrétiser. Mais les circonstances lui permettront de précipiter les choses et par la même occasion d'en apprendre plus sur lui-même... En effet, deux mystérieux démons du nom de Kourai et Arachnée se mettent à le harceler, sous prétexte qu'il serait la réincarnation de l'ange féminin déchu Alexiel. Les choses se compliquent quand se met à circuler dans son lycée un jeu vidéo intitulé Angel Sanctuary, responsable de décès étranges parmi les élèves. Ainsi se posent les premières pierres d'un scénario exceptionnel, qui entraînera le lecteur, durant 20 volumes, de l'enfer au paradis, en passant par le monde des morts. Les rebondissements, parfois clairement inspirés d'animés comme
Escaflowne, sont extrêmement nombreux. On est plus d'une fois retourné sur son siège par les trahisons et révélations de tout un chacun, surtout passé le premier tiers de l'histoire qui se concentre plus sur la relation amoureuse entre Setsuna et Sara.
C'est par ailleurs cette première partie se déroulant jusqu'au volume 4, sur terre, qui à mes yeux est la plus intense. Le thème de la passion interdite est très bien abordé. Cet aspect sera repris plus loin dans le manga, mais avec un impact moindre. Je trouve cela dommage, n'ayant que très rarement si bien ressenti les douleurs d'un personnage de manga, sans pour autant tomber dans le larmoyant. Les protagonistes se mettent peu à peu en place, et on pressent l'enjeu grandiose d'une bataille entre démons et anges, alors qu'au sein même de l'institution angélique de bien étranges expériences semblent se dérouler au nom de Dieu. Néanmoins, cette partie, faisant figure d'introduction, cède vite sa place à une action et un scénario plus complexe. Le thème de la religion reste pourtant récurrent durant toute l'histoire. L'image de Dieu est utilisée chez les anges pour garder à la tête de leur société un gouvernement despotique et cautionnant des expériences et des actes pour le moins étranges... Le lien avec nos propres institutions semble d'actualité.

Les anges, justement, sont représentés de manière assez étrange. Il n'est pas rare d'en voir utiliser des armes ressemblant à nos pistolets, ce qui est plutôt étrange par rapport à l'image que l'on pourrait se faire des messagers divins. Il est assez déconcertant d'en voir se déplacer en vaisseaux ou encore vivre dans l'équivalent céleste de nos HLM... Certains éléments de l'histoire sont par ailleurs amenés de manière quelque peu maladroite, et s'ils sont au final parfaitement cohérents, font sur le moment un peu tache dans le scénario. Mais on assiste avec joie à ce que l'auteur appelle un “banquet des anges”, et certaines représentations un peu plus traditionnelles de ces créatures sont absolument sublimes.
Le style graphique du manga est dès le départ très fin et agréable à regarder. Kaori Yuki ne cesse de faire évoluer son coup de crayon jusqu'à un peu plus de la moitié de la série, ou l'on atteint l'apogée esthétique du manga. Hélas, peu à peu, les dessins perdent de leur beauté, pour atteindre un style bien plus manga, et enlevant ainsi peu à peu un des plus grand intérêts au lecteur... Néanmoins d'ici là, l'intrigue devrait en être à son paroxysme, et devant le nombre de questions irrésolues, on ne peut que lire la suite avec une excitation grandissante.

Un petit mot sur le final du manga, qui est assez réussi, malgré une petite maladresse de l'auteur. Voyez-vous, le manga se termine sur un coup de théâtre génial et parfaitement bien amené. Mais ce dernier se révélant n'être au final qu'un simple tour de passe-passe de l'auteur (car elle devait certainement être différente de la fin convenue avec les éditeurs), on en viendrait presque à oublier la conclusion, bien faite, et ouverte à l'imagination du lecteur.
Déconcertant à bien des égards, Angel Sanctuary mérite toute votre attention, en grande partie pour son scénario très réussi de bout en bout, et ses dessins. Il est pourtant dommage que le sujet soit traité de manière aussi étrange, car si cela fait sans doute partie des partis pris de l'auteur, on a beaucoup de mal à s'y attacher...